Au somment d’une pente, par la fenêtre de la vitre du taxi, il apercevait aussi quelques immeubles de la ville, certes plus modernes et sur les toits, une uniformité impressionnante de paraboles à perte de vue, à la recherche d’un mirage venu du ciel… Le taxi ralentit sa vitesse, il traversa un cimetière, aux tombes collées les unes aux autres. Aucun espace entre les morts, aucun arbre, aucun désherbage non plus. Comment devrait-on faire pour aller se recueillir, sans piétiner d’autres tombes ? Comment un peuple qui prônait l’humanisme et l’amour de l’autre à longueur de journée en était-il arrivé à oublier rapidement ses morts… ?

Les contes de la lune éclairée, c’est un récit qui naquit en terre cuite, évolue sur une terre métallique pour s’installer sur une terre écumeuse. Des chapitres qui reviennent sur des tranches de vie et un long déroulement de souvenirs en référence à la cité tangéroise.