Chers lecteurs, en ce froid presque hivernal qui s’installe avec de plus en plus d’ardeur, il est, pour nous tous, nécessaire d’analyser d’abord puis de réguler ce que nous mangeons tous les jours, et surtout ce que nous ingurgitons sans conscience.

Le corps a grandement besoin d’énergie en des temps aussi déprimants, aussi relâchants ; aussi pensons à lui faire plaisir, à lui faire du bien de temps en temps, pourquoi pas juste le temps d’un repas par jour.

L’énergie dont notre corps a donc besoin est souvent extraite d’aliments contenants des glucides complexes, ou lents. Ces glucides, plus que bénéfiques pour le bien-être général du corps humain – dont l’esprit est une composante -, et contrairement aux glucides dits rapides, sont digérés et absorbés plus lentement par le corps ; ce qui permet à ce dernier de recevoir de l’énergie de manière abondante. Les muscles ainsi que le cerveau ont rigoureusement besoin de ces glucides !

Ainsi, ces glucides complexes dont nous avons grandement besoin se trouvent spécialement dans ce que nous appelons « Les Féculents » : des aliments que nous ne considérons même pas la plupart du temps ; des aliments que nous n’aimons pas trop ; des aliments qui, de plus, revêtent pour le corps la source d’un grand support en matière de protéines végétales.

Les féculents se classent ainsi en 3 grandes catégories qui sont : les légumes secs (lentilles, haricots secs, pois-chiche, fèves etc.), les pommes de terre qui représentent une catégorie à elles-seules, et enfin les céréales (riz, blé, avoine, mais etc.).

Pensons donc à nous faire un bol de lentilles ou d’haricots blancs, mais aussi un plat riche en fibres comme des pâtes (mangées sans extra de beurre bien évidemment), parfois, mais de plus en plus souvent !

Image par Vijaya narasimha de Pixabay