Le roi Salman a publié un décret royal permettant aux femmes Saoudiennes de conduire, et cela après des années de campagne et de pression de la part des Saoudiens ainsi que de la communauté internationale. L’Arabie Saoudite constitue à cette effet le dernier pays ayant levé l’interdiction.

Le décret royal ordonne la constitution d’un corps ministériel qui présidera et accomplira toutes les opérations afférentes à la nouvelle loi : la réglementation de la circulation et l’émission des permis de conduire pour les hommes ainsi que pour les femmes ; et cela sans que les hommes aient mot à dire sur les droits d’obtention des femmes. La loi sera implémentée et mise en marche à partir de Juin 2018.

Jusque-là, les femmes qui conduisaient en Arabie Saoudite étaient emprisonnées pendant des mois ; quelques fois, sans même avoir le droit à un avocat ou une visite familiale.

A présent, et nonobstant le décret royal, les femmes sont encore loin de faire complètement partie de la société Saoudienne car elles dépendent, dans beaucoup de domaines, de l’accord d’une présence masculine : celle du père, du frère, du mari ou autre ; parmi ces domaines, l’on peut citer : les voyages à l’étranger, les études à l’étranger, le mariage, la détention d’un passeport, les décisions de famille (garde des enfants) et autres. Cette situation oblige énormément de femmes à supporter de terribles situations (maris abusifs et violents par exemple) afin de garder le peu de droits qu’elles détiennent.

En 2015, les femmes Saoudiennes avaient obtenu le droit de voter, en 2018, le droit de conduire… espérons que le roi Salman continuera sur sa lancée !

 

Photo: Carlos Latuff